Dispositif de désembouage pour circuit de chauffage

     Traitement écologique "Curatif ou Permanent"

Dans une installation de chauffage central qui recourt à l’eau comme fluide caloporteur, l’eau se trouve en contact avec différents métaux: acier, fonte ou aluminium au niveau des radiateurs et de la chaudière, cuivre éventuellement au niveau des tuyaux. Or l’eau est de nature corrosive, elle attaque systématiquement tous les matériaux qu’elle côtoie.

Dans une installation de chauffage, l’oxygène qu’elle contient réagit avec les métaux et crée un processus chimique d’oxydo-réduction. Les produits de cette réaction sont des oxydes métalliques qui se retrouvent en suspension dans l’eau et ont tendance à se déposer dans certaines zones de l’installation:

  • circulateur de la chaudière autrement dit la pompe qui fait circuler l’eau;
  • zones basses des radiateurs;
  • coudes au niveau des tuyaux.

C’est lorsque ces oxydes métalliques se déposent et sédimentent que l’on peut parler d’un phénomène d’embouage qui rend alors nécessaire l’opération de désembouage.

L’apparition de boue dans un réseau de chauffage est donc un phénomène normal, présent dans toutes les installations à plus ou moins de sévèrité, et qu'il faut simplement traiter régulièrement ou de manière permanente.

Modifier la structure de l'eau

Fonctionnement

Les molécules d’eau bien que neutres sont des molécules polarisées qui se comportent comme des ions dans un champ électrique ; si l’eau reçoit beaucoup d’énergie les molécules s’agitent dans tous les sens , brisent les liens (liaisons hydrogènes) qui les reliaient les unes aux autres, de telle sorte qu’il va se former des agrégats de molécules (ou clusters) beaucoup plus petits , qui n’ont pas le temps de grossir. Ces clusters de plus petite taille sont plus actifs car plus sensibles aux turbulences : par friction ils vont libérer des électrons. Par ailleurs des molécules d’eau libres vont s’échapper des clusters et venir hydrater d’autres ions, le pouvoir solvant de l’eau est plus élevé. C’est la combinaison du pouvoir hydratant de l’eau et de la polarisation des particules qui va permettre :

- la mise en suspension des boues dans un réseau .

- le décrochage d’amas de rouille ,

- la dissolution des dépôts de calcaire ,

- l’élimination d’algues et de biofilm.

L’eau reconditionnée en clusters plus petits est plus mouillante, plus pénétrante, vis-à-vis des matières organiques qu’elle imprègne. C’est ce qui contribue à morceler et à éliminer le biofilm, par ailleurs en modifiant les charges électriques de certains de ses composants le biofilm adhère moins aux parois , d’autant plus si les dépôts de calcaire et de rouille en ont été éliminés.

Bien entendu s’il y a synergie avec d’autres effets le résultat n’en sera que meilleur. Par exemple si l’eau est quasi stagnante rien ne peut éviter le développement du biofilm, par contre si l’écoulement de l’eau est « turbulente » et non « laminaire » la combinaison avec notre procédé n’en sera que meilleure.

Par ailleurs c’est par la polarisation des particules présentes dans l’eau que les ondes électriques peuvent se propager et produire des effets allant jusqu’à provoquer des fissures de la membrane des bactéries ( celles-ci étant elles mêmes essentiellement constituées d’eau) ce qui les affaiblit.